LUIS SEPULVEDA : DISPARITION D'UN AMOUREUX DES MOTS

 

L'écrivain Luis SEPULVEDA

est mort du COVID-19, le 16 avril dernier.

 

Sylvie DESTRUEL vous propose de rendre hommage

à ce grand nom de la littérature chilienne, auteur de

"Le vieux qui lisait des romans d'amour"

et "Histoire d'une mouette et du chat qui lui appris à voler"

 

Disparition d’un écrivain amoureux des mots.

Né au Chili en 1949, Luis Sepulveda a une jeunesse marquée par le régime de Pinochet.

Alors qu’il n’est encore qu’un jeune étudiant, il est emprisonné pendant plus de 2 ans puis condamné à l’exil.

Il trouve refuge en Amérique latine (Equateur, Pérou, Colombie) où il fonde des groupes de théâtre.

En 1978, il passe un an chez les indiens Shuars, dans le cadre de recherches menées pour l’UNESCO sur « L’impact de la colonisation sur les peuples amazoniens ». Séjour qui lui inspire son œuvre la plus célèbre : « Le vieux qui lisait des  romans d’amour ».

Il rejoint l’Europe, puis se fixe en Espagne en 1996. C’est à cette période qu’il crée un salon du livre hispano-américain et qu’il rédige des chroniques pour des journaux italiens.

Auteur d’écrits très divers : romans, chroniques, récits, nouvelles et fables pour enfants publiés dans 52 pays, il est primé à de multiples reprises.

Son œuvre est marquée par son engagement politique et écologique, son style simple et poétique.

Le Covid 19, l’a emporté le 16 avril dernier.

 

À LIRE ET À RELIRE SANS MODÉRATION :

 

-          La folie de Pinochet.

-          Le vieux qui lisait des romans d’amour.

-          Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler.

-          Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis.

-          Histoire d’un escargot qui découvrit l’importance de la lenteur.

-          L’ombre de ce que nous avons été.

-          Les roses d’Atacama.

-          Le monde du bout du monde.

 

Et bien d’autres encore...